En France, le secteur du bâtiment représente près de 43 % de la consommation énergétique nationale et pèse pour 25 % des émissions de CO2.
Face à ce constat, et dans une optique de lutte contre le changement climatique, les pouvoirs publics ont décidé d’agir en imposant des normes énergétiques plus sobres lors de la construction de bâtiments (RT 2012), ainsi que pour les travaux de rénovation (RT existant).

maison couper avec la représentation des éléments thermique qui la compose , faite vous aidez par le Bureau d'études thermiques et fluides en Gironde DEMIRCI

La Réglementation Thermique 2012 actuellement en vigueur en France, succède à plusieurs versions de Réglementation Thermique, aux exigences et aux champs d’application croissants (Réglementation Thermique de 1974, puis 1982, 1988, 2000, 2005).

La Réglementation Thermique 2012 pose des objectifs ambitieux en matière d’efficacité énergétique, en divisant ainsi par 3 le niveau maximal de consommation fixé par la précédente RT 2005.

Cette rupture majeure fait de la RT2012 une des réglementations les plus ambitieuses d’Europe.

Afin de concrétiser cet objectif d’efficacité, la RT2012 impose non seulement des normes élevées en matière d’isolation et de système énergétique, mais elle exige aussi une réduction des besoins dès la conception du projet avec des objectifs à atteindre en matière de conception bioclimatique et de confort d’été.

Cette réglementation ambitieuse, à la hauteur des enjeux environnementaux globaux, s’applique, depuis le 1er janvier 2013, à tous les bâtiments neufs, qu’ils soient à usage d’habitation ou à usage tertiaire.

La réglementation thermique des bâtiments existants s’applique aux bâtiments résidentiels et tertiaires existants, à l’occasion de travaux de rénovation prévus par le maître d’ouvrage. 

L’ objectif général de cette réglementation est d’assurer une amélioration significative du confort et de la performance énergétique d’un bâtiment existant lorsqu’un maître d’ouvrage entreprend des travaux d’amélioration

Les mesures réglementaires sont différentes selon l’importance des travaux entrepris par le maître d’ouvrage.